Quel entretien de base puis-je faire moi-même sur un scooter ?

Un scooter bénéficiant d’un bon entretien est une garantie de sécurité, ce qui se traduit par un risque de panne limité ainsi qu’une longévité accrue du deux roues. Un bon entretien débute par de bonnes règles d’usage et se poursuit tout au long de la vie de la moto, avec des entretiens courants pouvant être effectués par le propriétaire-même et des révisions chez un concessionnaire ou un professionnel agréé.

L’entretien d’un scooter commence par l’adoption de bonnes habitudes

Après avoir pris connaissance de votre deux roues de 125cm3 ou de 50cm3, le plus ardu est l’application des conseils relatifs à son usage quotidien. Faites confiance aux renseignements fournis dans le manuel de votre deux roues ainsi que par votre garagiste ou concessionnaire. Voici des habitudes que vous devez avoir pour un entretien scooter à faire par vous-même. Tout d’abord, avant de prendre la route, faites systématiquement chauffer le moteur entre 10 secondes et 2 minutes, notamment en saison hivernale ou lorsqu’il fait froid. Ensuite, faites la vérification régulière du niveau d’huile ainsi que l’appoint, si besoin est. La vérification régulière du niveau d’huile doit se faire environ une fois par mois, pour une utilisation journalière.

Les autres bonnes habitudes pour un entretien de scooter à faire par soi-même

Un entretien scooter par soi-même s’effectue aussi par la vérification régulière des pneus. Pour une utilisation journalière, cette vérification doit se faire à peu près tous les mois. En effet, des pneus bien gonflés sont une garantie de sécurité. Cela permet aussi d’éviter toute corrosion précoce. Il convient autant d’examiner souvent l’état des pièces d’usure ainsi que celui des accessoires faciles d’accès comme les clignotants, le tambour arrière ou les disques de frein et la suspension. Le nettoyage du scooter fait aussi partie de son entretien, surtout au niveau du carter de transmission. Un moteur nettoyé est, en effet, plus rassurant qu’un moteur sale. Et n’hésitez pas à vous informer après d’un professionnel ou d’un proche qui s’y connait, en cas de souci. Il est alors intéressant de réaliser un diagnostic le plus tôt possible, étant donné qu’un comportement étrange ou même un petit bruit peuvent causer des problèmes et coûter cher.

Les révisions et contrôles techniques, à ne pas oublier

Toujours dans le cadre de l’entretien scooter, notez que bien que votre deux roues semble bien fonctionner, il est important de lui faire bénéficier tout au long de sa vie d’une révision fréquente. Retenez ce nombre : 2500. Une petite révision s’impose donc tous les 2500 km effectués et une grosse, tous les 5000 km. Ainsi, vous devez vous rendre chez votre professionnel, à chaque 2500 km effectués, soit après 2500 km, 5000, 7500, 10000, etc. Les petits contrôles ne coûtent pas cher. Mais quoi qu’il en soit, demandez toujours un devis à votre professionnel. Ne le laissez donc jamais travailler sur votre deux roues, sans connaître à l’avance combien va coûter sa prestation. En effet, bien que la plupart des concessionnaires et garagistes soient de vrais pros, les arnaqueurs, eux, ne manquent pas dans le domaine.

Avec quels permis accède-t-on à des scooters plus imposants et plus puissants ?
A-t-on le droit de conduire un scooter sans permis ?