A-t-on le droit de conduire un scooter sans permis ?

La conduite d’un scooter est soumise à des règles spécifiques. En cas de non-conformité suite à un contrôle routier, vous vous exposez à de lourdes sanctions. Mais en France, est-ce qu’il est possible de conduire un scooter sans permis de conduire ?

Quelles sont les conditions pour conduire un scooter sans permis ?

L’âge est l’un des critères les plus essentiels. En effet, les personnes nées avant le 31 décembre 1987 peuvent conduire un scooter sans permis de conduire ni brevet. Pour les motards nés après le 1er janvier 1988, le BSR ou brevet de sécurité routière ou un titre équivalent est obligatoire. Et pour ceux qui viennent d’avoir 14 ans, la détention d’un permis de catégorie AM est exigée. Concernant l’engin, seuls les scooters ayant une cylindrée inférieure à 50 cc et une puissance maximale de 4 kW vous seront accessibles.

Comment obtenir un AM ou un BSR ?

Le BSR est valable uniquement en France, tandis que l’AM permet de conduire des cyclomoteurs et quadricycles légers dans les pays membres de l’Union européenne. Le BSR est réservé aux personnes qui ne disposent pas d’un permis de conduire. Pour les personnes titulaires d’un permis B, ils peuvent automatiquement conduire des cyclomoteurs ou des quadricycles légers.

Pour obtenir un BSR, il faudrait réussir les examens théoriques et les examens pratiques. Et pour valider la partie pratique, une formation de 7 heures en auto-école est obligatoire. Si l’examen a été approuvé, vous recevrez une attestation de suivi qui vous permettra de conduire  un cyclomoteur ou quadricycle léger pour une durée de 4 mois. Entre temps, il faudrait préparer le permis AM, qui sera valable pendant 15 ans.

L’assurance scooter est-elle obligatoire ?

Même s’il est possible de conduire un scooter sans permis, l’assurance responsabilité civile ou assurance au tiers est obligatoire. En effet, cette règle est valable pour n’importe quels deux-roues à moteur. C’est le minimum requis. Elle couvre les préjudices corporels et matériels causés aux tiers. Pour protéger le conducteur et son scooter, la souscription à une assurance personnelle du pilote est fortement recommandée. Ainsi, la compagnie prendra en charge les dépenses même en cas d’accident responsable. Pour les scooters neufs, mieux vaut ajouter l’option « assurance vol et incendie ». En cas de vol, vous serez indemnisé en fonction de la valeur de votre deux-roues. D’autres garanties pourraient également vous être utiles : le prêt du guidon, la protection juridique, la garantie dommages collisions, le bris de glace, l’assistance 0 km…

Avec quels permis accède-t-on à des scooters plus imposants et plus puissants ?
Quels types de scooters conduire avec un permis AM ?